Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (4)

Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (4)

Message par Francis » 06 Novembre 2012, 19:05

Bonjour à tous,

Je commence ici une série de traduction d'articles de Robert Brockway parus sur Cracked.com au sujet des stag magazines, car je trouve le sujet très approprié au forum. Que les puristes en anglais me pardonnent de n'avoir pas toujours respecté à la lettre les expressions employées, car traduire l'humour est avant tout une affaire d'adaptation. Bonne lecture !


1 - Les couvertures de magazines les plus incroyablement viriles

Les « stag magazines » sont un genre très particulier de magazines masculins, publiés à partir des années 1930 et jusque dans les années 70. Ils servaient d'exutoire aux hommes qui revenaient de la guerre, et dont la virilité conquérante ne trouvait plus comme défis à relever que des portes qui grincent et des mauvaises herbes dans le jardin. Des hommes en manque d'action au point de se contenter d'un ersatz de celle-ci par procuration, à travers les récits complètement fous publiés dans ces revues, les « stags ». Le procédé employé pour chaque numéro était bien rodé : d'abord, passer commande d'une illustration de couverture racoleuse, puis demander à un pisse-copie de créer une « histoire vraie » correspondant au fantasme mis en scène dans l'image. Nonobstant la véracité de tels récits, une chose était indéniable : la frontière entre « virilité surpuissante » et « homosexualité tourmentée » ayant toujours été mince, les couvertures des « stags » avaient décidé d'éparpiller cette frontière façon puzzle.

Déchiqueté par des fouines

Image

Devant une telle illustration, le spectateur est censé se dire : « Bon sang, quel calvaire subit ce pauvre type ! Je me demande s'il va s'en tirer ? »
C'est du moins l'intention. Mais regardez bien l'image : ce que le personnage central nous montre en premier lieu, ce n'est pas la peur. Ni l'angoisse, l'inquiétude, ni le simple désir de survivre. Non, ce qu'il nous montre en premier lieu, avec force et détermination, c'est un gourdin constitué du même animal que ceux qui sont en train de l'attaquer. La rage du berserker le domine à un point tel qu'il applique la tactique de combat ultime : en prendre un pour tuer tous les autres.

A présent, considérez la direction du courant – ici, dans le coin inférieur droit.

Image

Vous voyez ? Cette eau tombe visiblement en cascade au-dessus de quelque chose. Comme le devine toute personne sensée, il s'agit là d'une chute d'eau, dont le départ se situe juste à l'extérieur du cadre, ce qui rajoute une tension supplémentaire à cette scène déjà ô combien dramatique.

Mais cette œuvre ne s'adresse pas aux personnes sensées.

C'est une œuvre à l'intention des fous et des damnés, et seul un esprit retors est en mesure de la comprendre. Aussi, permettez-moi de vous livrer l'explication : cet homme n'est pas la victime d'une attaque surprise. Cet homme, de toute sa vie, n'a jamais été victime de quoi que ce soit. En vérité, ce héros a bâti dans la rivière un système de drain, destiné à acheminer cette meute de fouines enragées vers leur destination finale : à savoir le rempart de furie dévastatrice qu'il forme de son corps musclé et torse nu.

Pourquoi, me direz-vous ?

La curiosité, sans doute. Il y a des hommes qui grimpent les plus hautes montagnes « parce qu'elles sont là ». D'autres combattent un torrent de fouines meurtrières au milieu d'un barrage de fortune « parce que je suis carrément sûr que je peux leur foutre la pâtée, tiens. »

Rends-moi mon bras

Image

Tout est dans le titre de l'histoire :

« GIVE ME BACK MY ARM » : RENDS-MOI MON BRAS

Tout en majuscule, pas de ponctuation. Cette phrase n'exprime pas un cri de peur, ni une exclamation de surprise ni même une plainte. Non, c'est un ordre posé, ferme, énoncé d'une voix calme ; comme on commanderait à un chien d'arrêter de quémander à table. Cet homme ordonne au terrifiant reptile de lâcher son bras à l'instant, sans quoi il devra en subir les conséquences.

Et la pauvre bête a déjà l'air de souffrir.

Mais ne vous apitoyez pas trop, car comme dit le proverbe, tuer ou être tué, telle est la dure loi de la jungle, ce genre de choses... ça et « défoncer d'un uppercut de l'avant-bras la gueule grande ouverte de l'ennemi »...

(Au sujet du titre « Sex storms » : je n'ai aucune idée de ce qu'est une « tempête de sexe », ni quelle curieuse perversion météorologique cette expression recouvre, mais sachez que j'ai d'ores et déjà dépensé ma paie du mois en parapluies et en préservatifs, et que je qualifierais d' « encourageantes » les prévisions pour les prochains jours.)

Déchiqueté par des vampires

Image

Question : Quelle heure est-il ?

Réponse : C'est l'heure d'en prendre un pour tuer tous les autres.

Et Dieu sait que cet homme est bâti pour commettre le massacre d'animaux le plus atroce qui soit. Regardez sa position : tandis que d'un terrible crochet du gauche il pulvérise une chauve-souris en plein vol, de la main droite il s'empare d'une autre, s'apprêtant à l'utiliser comme un fléau pour balayer ses malheureuses congénères d'un revers dévastateur. Voyez ce gros plan :

Image

Cette chauve-souris est folle de trouille. Elle ne vole plus vers notre héros, elle fuit de toute la force de ses ailes. Et pourquoi ? Parce qu'elle redoute de se faire gifler de plein fouet par le corps aux os rompus d'une de ses propres cousines.

Il faut se rappeler que la méthode de création de ces articles consistait à créer l'illustration d'abord, et l'histoire ensuite. A un moment donné, une réunion de rédaction s'est tenue devant un éditeur exhibant cette même image, et on peut supposer que le dialogue suivant s'est tenu :

Editeur : Ok les enfant, qui a une idée de titre pour mettre en valeur ce foutu salopard, là ?

Rédacteur 1 : La vache, qu'est-ce que c'est que ce bordel ?

Rédacteur 2 : Là franchement, je suis pas inspiré. C'est complètement idiot. Personne ne va croire qu'un truc pareil est vraiment arrivé.

Editeur : 50 dollars de prime à qui me sort la meilleure idée.

Rédacteur 1 : L'attaque des chauve-souris enragées !

Rédacteur 2 : Les chauves-souris enragées attaquent !

Rédacteur 1 : Espèce de... bon, que diriez-vous de « La vengeance du roi des ninjas contre les chauves-souris » ?

Rédacteur 2 : « Les chauves-souris m'ont volé mon t-shirt ! »

Rédacteur 1 : « JE – HAIS – LES – CHAUVE-SOURIS. »

Rédacteur 2 : « DÉCHIQUETÉ PAR DES VAMPIRES ! »

Rédacteur 1 : Je... merde, c'est bon ça, en fait. Alors là, je dis « monsieur ».  Tu m'as vaincu. Je suis déshonoré et je vivrai désormais dans un panier sous l'escalier, en me nourrissant des miettes de sandwiches qui tomberont de la salle de pause.

L'art, les enfants. L'art !

Coxswain Hardy et ses 20 geishas en détresse

Image

L'élément le plus étonnant dans cette peinture, ce n'est pas fait le fait que la chemise de la femme en rouge soit sèche (rââanh, comment c'est trop dur de dessiner les vêtements mouillés), ni l'île en arrière-plan bombardée par des chasseurs alors qu'elle est visiblement déserte - ce qui implique qu'ils ciblent, en réalité, ces clones de femmes asiatiques à poil. Non, l'élément le plus étonnant est le fait qu'aucune – je dis bien aucune – de ces jeunes femmes n'amène un bras à la surface pour nager. Ce qui signifie qu'elles font toutes la nage du petit chien, parce que c'est comme ça qu'on nage quand on est une bonne grosse chienne, pas vrai les gonzesses ?

Je me demande à quel genre de contexte on a affaire ici. S'agit-il d'une opération de bombardement de nudistes dans les années 40 ? ou bien je me fourvoie complètement et nous sommes en présence d'un commando de salopes explosives, sur le point de torpiller l'esquif de notre pauvre héros.

Cela dit, je pars du principe que les rédacteurs ont, à tout le moins, essayé de raconter une histoire vaguement crédible à partir de cette couverture. Alors qu'en fait, malheureusement, ces magazines hors du temps furent les précurseurs des « forums de Penthouse », où aujourd'hui des hommes très seuls se vantent de conquêtes sexuelles imaginaires, dans l'espoir de faire fantasmer d'autres hommes tout aussi seuls. Là encore, tout est dans le titre :

« Coxswain Hardy et ses 20 geishas en détresse. »

Franchement, je n'ai pas vu un titre aussi porno depuis Magnus Biroute, duc de Braquemart, défonce les îles Sainte-Chagatte (avec son chibre). 

Aventure parmi les tribus d'indigènes nus

Image

Editeur : Bon, Jimmy, c'est à ton tour de dessiner la couverture. Je crois que Kevin et Morris ont fait une overdose, avec toute cette testostérone chinoise que j'ai mise dans leurs cafés. En arrivant ce matin, je leur ai demandé les résultats du match d'hier soir et ils ont fini par s'étrangler l'un l'autre dans le bureau. A présent mon p'tit, pour ne rien te cacher, j'ai passé une nuit blanche à boire du gin coupé à l'huile de moteur. Je suis presque sûr que je vais bientôt caner, et je suis carrément sûr d'être saoul comme une barrique polonaise au moment où je te parle. Alors je vais juste te balancer des mots au hasard, ce qui me passe par le tête, et tu vas les noter et en faire les thèmes de ton illustration, tu comprends ? C'est parti : Nibards à l'air. Indigènes. Mâchoires carrées. Jungle. Amérique. Chaise à porteurs. Duel au revolver. Amputation du pied droit. Tu les a tous notés ? Super. Maintenant, vu que je suis bon chef, et dans un souci de cohérence, je t'autorise à en virer un seul. Lequel tu choisis ?

Jimmy : Je passe.

Editeur : Jimmy, je n'ai jamais dit à ma femme que je l'aimais. Je ne l'ai jamais dit non plus à mon fils, ni même à mon propre père. Mais je... je voulais juste te dire ça, Jimmy.

Douce nuit de noces sanglantes

Image

On ne peut même pas parler de bagarre : c'est juste ce qui tenait lieu de poignée de main chez nos arrières-grands-pères dans les années 30. En tout cas, si c'est une bagarre, il ne peut y avoir de vrai perdant, sauf à considérer que l'humanité en général est perdante. Celle-ci ne pourrait se remettre de la perte d'un de ces deux hommes.

Le titre de cette image semble être Gentle Slaughter of the Virgin Bride ce qu'on peut traduire par « Douce nuit de noces sanglantes ».

Du moins, c'est ce qu'on peut supposer étant donné que les seules autres possibilités sont Why Rocky Marciano Didn't Really Retire (« Pourquoi Rocky Marciano n'a pas vraiment pris sa retraite ») et The Red Plan to Conquer America (« Le plan des communistes pour conquérir l'Amérique »). Alors a priori, à moins que la seule raison pour laquelle Rocky Marciano n'a pas pris sa retraite, c'est qu'il s'est reconverti secrètement dans le lancer de piques sur rondins, ou que le plan de conquête des communistes consiste à défier les américains dans un concours de bûcherons, force est de conclure que « Douce nuit de noces sanglantes » est le titre le plus probable pour cette illustration.

Et à bien y réfléchir, ce n'est pas complètement absurde : après avoir turbiné neuf heures d'affilée à l'usine de harpons à rondins, on peut raisonnablement qualifier de « doux et sanglant » ce qu'un homme s'apprête à faire à sa jeune épouse au cours de sa nuit de noces.

La horde grouillante des crabes cannibales

Image

Toutes sortes de raisons, aussi excellentes qu'excitantes, peuvent pousser un homme à combattre des crabes avec un morceau de bois mort. Peut-être qu'il bronzait tranquillement sur la plage, et que les flagrances puissamment viriles de sa sudation ont poussé Mère Nature à contre-attaquer. Ou bien il s'ennuyait, il disposait d'un bâton et il y avait la queue au terrain de volley. Ou alors il y a eu des petits soucis aux cuisines de «  La marée, produits frais de la pêche ».

Pas de quoi rire. C'est le genre de choses qui arrivent :

Jim : Merci de m'avoir proposé de sortir dîner, Don. Dommage que ta femme n'aie pas pu venir.

Don : Ah ! Le jour où on autorisera les gonzesses dans un resto de fruits de mer, ce sera le jour où je jetterai les gonzesses hors de ces mêmes restos, ça je te le dis ! Tu sais bien qu'elles sont trop sensiblardes pour supporter la bouffe encore vivante. Elles essaieraient sûrement d'habiller le homard avec une petite robe, ou un truc du genre.

Jim : C'est rudement vrai. Le jour où elles comprendront que le plaisir de tuer, ça augmente le plaisir de manger...

Don : Ouais, je le dis tout le temps à Donna : « Laisse tomber la mayonnaise et laisse-moi d'abord me battre à mort avec le poulet, le goût du sang est la meilleure des épices. »

Jim : Dis-donc Don, tu sais l'heure qu'il est ?

Don : Eh ouais Jim, c'est l'heure d'en prendre un pour tuer tous les autres !

Jim : Quoi ? Non, je veux dire, j'ai rendez-vous chez le toubib et... oh, d'accord, tu as déjà commencé. Bon, ok. Laisse-moi juste le temps de sortir mon gourdin à crabes...
Francis
 
Message(s) : 4247
Inscription : 30 Décembre 2007, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par naamhellsroth » 06 Novembre 2012, 19:28

:ador: :ador: :ador: :ador: :ador: :ador: :ador: :ador: :ador: :ador: :ador:


de la puissance masculine pur, meme MANOWAR n'aurait pas pu le faire
naamhellsroth
 
Message(s) : 246
Inscription : 25 Novembre 2010, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Yoda-Ben² » 06 Novembre 2012, 19:31

C'est tellement viril qu'à la seule lecture de cet article, trente centimètres de barbe viennent de recouvrir instantanément le bas de mon visage.
"- Vous parlez tout seul ?
- Oui, c'est le seul moyen d'avoir une conversation intelligente."
Black Adder
GH d- s:+ a- C++ U? P L(+) E? W++ N o? K w++ O? M? V? PS++ PE+ Y PGP- t++ 5 X++ R* tv+ b++++ DI++ D--- G+++ e+++(++++) h r(*) x+**
Yoda-Ben²
Administrateur
 
Message(s) : 2154
Inscription : 01 Janvier 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Invité » 06 Novembre 2012, 19:47

--- Super article ! Bravo et merci !
Invité
 
Message(s) : 827
Inscription : 30 Mai 2014, 16:44

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par ant28 » 06 Novembre 2012, 22:31

Grand merci pour cet article :cheers:

Juste un truc ; c'est bien "stag magazine", hein (stag signifie cerf, mais aussi homme célibataire ; stash signifie planque, par exemple pour le porno).

Je crois que pour le reste, ça doit être bon.

J'aime bien aussi les sous-titres en haut à droite : pas du tout macho :lol: :lol:
ant28
Administrateur
 
Message(s) : 980
Inscription : 30 Décembre 2007, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Yoda-Ben² » 06 Novembre 2012, 23:11

J'aime bien aussi les sous-titres en haut à droite : pas du tout macho :lol: :lol:
Surtout celui avec le croco, qui sent bon la chaude et virile camaraderie dans l'ambiance obscure et moite des douches collectives et du savon qui tombe.
"- Vous parlez tout seul ?
- Oui, c'est le seul moyen d'avoir une conversation intelligente."
Black Adder
GH d- s:+ a- C++ U? P L(+) E? W++ N o? K w++ O? M? V? PS++ PE+ Y PGP- t++ 5 X++ R* tv+ b++++ DI++ D--- G+++ e+++(++++) h r(*) x+**
Yoda-Ben²
Administrateur
 
Message(s) : 2154
Inscription : 01 Janvier 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Francis » 06 Novembre 2012, 23:21

Juste un truc ; c'est bien "stag magazine", hein (stag signifie cerf, mais aussi homme célibataire ; stash signifie planque, par exemple pour le porno).
Tu as raison Ant, c'est corrigé.

Merci pour votre appréciation de ce travail de traduction. Je continue à traduire le reste.
Francis
 
Message(s) : 4247
Inscription : 30 Décembre 2007, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Yoda-Ben² » 06 Novembre 2012, 23:44

Comme le dirait l'ami Ryback :

Image
"- Vous parlez tout seul ?
- Oui, c'est le seul moyen d'avoir une conversation intelligente."
Black Adder
GH d- s:+ a- C++ U? P L(+) E? W++ N o? K w++ O? M? V? PS++ PE+ Y PGP- t++ 5 X++ R* tv+ b++++ DI++ D--- G+++ e+++(++++) h r(*) x+**
Yoda-Ben²
Administrateur
 
Message(s) : 2154
Inscription : 01 Janvier 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Mad_Chien » 07 Novembre 2012, 00:24

Super bonne idée de traduire des articles de Cracked.com, car on a beau comprendre l'anglais, il arrive assez souvent qu'on parcoure les articles à la va vite, sans se soucier des gags.

:lol: :cheers: :cheers: :cheers: :cheers:

:super: :super: :super:
Mad_Chien
Administrateur
 
Message(s) : 9545
Inscription : 21 Décembre 2007, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Awkward » 07 Novembre 2012, 02:04

Et c'est vraiment bien fichu, alors que traduire des articles humoristiques, c'est pas la chose la plus simple au monde. Merci, Francis !
Awkward
 
Message(s) : 2039
Inscription : 05 Janvier 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par le_rodeur » 07 Novembre 2012, 15:51

Mon dieu que c'est viril tout plein ça ! J'en suis tout chamboulé ! Vite, faut que j'aille à l'usine de harpon pour prendre une bonne douche collective bien virile !
le_rodeur
 
Message(s) : 1849
Inscription : 22 Février 2011, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par dante » 07 Novembre 2012, 18:30

"Mon harpon est plus gros que le tien !! Nan c'est le mien regarde comme il est gros, tu vas le sentir passer" :heart:
dante
 
Message(s) : 1650
Inscription : 13 Septembre 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Francis » 07 Novembre 2012, 18:54

Super bonne idée de traduire des articles de Cracked.com, car on a beau comprendre l'anglais, il arrive assez souvent qu'on parcoure les articles à la va vite, sans se soucier des gags.
Merci du compliment !

La suite :





2- Apprenons à aimer la nature grâce aux Stag Magazines

Aaaah, la nature, elle est comme une mère pour nous. D’ailleurs, elle en fait un petit peu trop, si vous voulez mon avis. Le genre de mère condescendante qui, face à l’œuvre de l’humanité, se contente d'une petite moue : "Moui, l’automobile, c’est pas mal. Eh, vous avez vu ce que ça fait, le vent dans les champs de blé ? C’est tout doré, pas mal, comme effet, non ?" Le genre qui vous ébouriffe les cheveux avec une gentille tape sur la tête : "Oui, il est très mignon, ce pont. Pour ma part, je me suis contenté de placer quelques montagnes majestueuses par ci, par là... oh vraiment, trois fois rien." Disons-le tout net : là, dehors en ce moment même, Mère Nature se gausse de nous, pressée d'étaler à la face de l'humanité industrieuse ses paysages prétentieux, sa faune qui pète plus haut que son cul et sa flore pour bobos des centres-villes. Si ça se trouve, elle est dès à présent dans votre jardin, en train de se foutre de votre gueule !

Nous savons qu'un homme digne de ce nom ne devrait avoir que deux activités : faire des enfants, et les protéger de ses ennemis. Mais une fois n'est pas coutume, l'Homme s'accordera bien un petit week-end de détente, le temps de remettre l'Environnement à sa place. Pour plus d'exemples concrets, jetez un œil à cette nouvelle série de couvertures illustrant la virilité des temps anciens, vous y trouverez mille et une manière de soumettre Dame Nature comme la catin qu'elle est.

Trouvez l'activité qui vous correspond

Image

Je sais, la pêche est une activité ennuyeuse, mais ne partez pas, pas tout de suite, regardez plutôt. Il n'y a que deux titres d'accroches sur cette couv', et dans la mesure où sa belle chevelure de jais interdit à cet homme de prétendre au titre de "Blonde la plus sexy du monde" (dura lex, sed lex), on ne peut que se rabattre sur l'autre titre, qui en quelques mots évoque des cadavres en surnombre et un gâchis sanglant. (880 dead! The bloody blunder our navy couldn't hide : "880 morts ! La marine nationale ne peut cacher sa bourde meurtrière".) Pas besoin d'un gros effort d'imagination. Franchement, regardez la façon dont ce colosse indomptable se tient debout, enfoncé jusqu'au genoux dans les gerbes d'écumes produites par un torrent dévastateur, son corps arc-bouté par l'effort comme il tente de remonter à la surface la truite insouciante prise à son terrible crochet. Pas étonnant que cette partie de pêche se soit terminée en un carnage de 880 morts et l'Armée qui tente d'étouffer l'affaire. C'est bien le moins, tiens. Avec un score inférieur, autant rester chez soi à se tricoter des calbutes en laine pour protéger son petit zizi de chochotte, non mais sans blague !

Bon, mais disons que le génocide aquatique n'est pas tellement votre tasse de thé, et que vous préférez une activité un peu plus dynamique. Pas de problème : allons conquérir les cimes et direction la piste noire !

Image

Devant une telle démonstration de méga-coolitude qui déchire le slip, on peut se demander si l'histoire n'est quand même pas un peu embellie. En principe, quand on dit "échapper de justesse à une avalanche", ça ne veut pas forcément dire effectuer un tête-à-queue au dernier moment à deux cents à l'heure pour battre dix mille tonnes de neige à la course. Mais il convient d'être attentif. Avez-vous vu le titre ?

Avalanche busters. See page 14. "Les chasseurs d'avalanche. Lire page 14."

Ce héros n'est pas en train de fuir, et surtout pas devant cette vulgaire masse de matière molle et blanchâtre qui, après tout, n'est jamais rien que de la flotte. Voyez son expression :

Image

Pas de peur sur ce visage, ni de panique, ni même de résignation devant l'inéluctable. Que du mépris. Un mépris sain, affirmé, face aux crises d'hystérie de notre mère la Terre. Cet homme n'a gravi la montagne que pour une seule raison : moquer de sa moue dédaigneuse les catastrophes naturelles du monde.

Mais peut-être que souffleter d'une biffle odorante et irrespectueuse les avalanches les plus assassines ne suffit pas à satisfaire votre goût pour le danger. Reste la natation ! Eh oui, ce sport n'est plus réservé aux amatrices de shopping et aux bobos rachitiques mangeurs de tofu, il est pour les mecs, les vrais !

Image

Quoi, qu'est-ce qu'il y a ? Il y a trop de chlore dans l'eau, ça pique les yeux ? Pauvre petit chou. Eh bien moi, bonhomme, quand on me donne une piscine, je la remplis avec des serpents et je me noie dans leur venin, voilà ce qui s'appelle faire trempette, petit pleurnichard ! Car disons-le : il faut bien assaisonner le concept de "natation" pour le rendre attrayant aux yeux du mâle américain des années 50, qui aura du mal à s'extraire de sa passion du lynchage de minorités ethniques pour daigner considérer pareille frivolité. En temps normal, jamais un nageur ne se trouvera ainsi pris au piège par une marée de millions de serpents. Ce garçon à la mâchoire de vainqueur, coiffé de sa banane proéminente sait parfaitement à quoi s'en tenir ; d'ailleurs, jamais il n'aurait mis un orteil dans l'eau sans s'assurer que c'est bien la foire aux reptiles et que leurs crochets à venin sont bien affûtés. Sans doute trouve-t-il leurs multiples morsures vivifiantes, comme un verre de cognac vous revigore par un froid matin d'hiver.

Vous le voyez, la Nature a bien des attraits : la conquête, la soumission... d'autant qu'elle n'est, disons-le, qu'une sale petite pute allumeuse que ça démange dans le bassin. Cela dit, ne commettez jamais, jamais l'erreur de la sous-estimer. En dépit de ses chatoyantes couleurs de fifille et de ses petites fleurs de tapettes, la garce est rusée et sournoise. Vous pourriez avoir besoin de...

Faire face aux situations désespérées

Si vous voulez survivre à votre week-end de jonglage avec des torches en forêt, de tir sur espèces en voie d'extinction et autres blasphèmes écologiques, vous vous devez de respecter quelques règles. D'abord, ne jamais partir dans les bois avec le capitaine Kirk.

Image

Ce type est un véritable appeau à grizzlis. Je ne sais pas si c'est l'odeur de sa transpiration ou bien quelque shampoing canadien bizarroïde qu'il utilise, mais il attire les bêtes féroces comme les règles de la femme attirent les... eh bien, d'autres bêtes féroces. Ce qui nous amène à notre règle numéro deux : n'emmenez pas de femme. Jamais. Pas parce qu'elles suscitent l'agressivité chez les mâles au sang chaud et buveurs de whisky de cette glorieuse époque, mais bien parce qu'elles suscitent l'agressivité chez toutes les créature vivantes. Vous ne me croyez pas ? Écoutez l'avis de Bud Torsepoil, séducteur professionnel et dompteur d'animaux sauvages à ses heures perdues :

Image

"Argh ! Des serpents ! Qui aurait cru qu'une nuée de reptiles tueurs m'attaquerait alors que je pataugeais tranquillement dans ce marais, à peloter la poitrine de mon accorte compagne au chemisier béant ? Qui aurait pu prévoir que..."

Image

"AAAAARGH ! UNE INVASION DE LYNXS ! Qui aurait cru... oui bon, d'accord, cette fois-ci, j'aurais dû me gourer du coup. Chat échaudé craint l'eau froide, et toute cette sorte de choses. Mais ces nanas à chemisier rouge raffolent des marais autant qu'elles détestent les boutons de corsage, que voulez-vous que j'y fasse ? je ne suis pas en bois, moi, quand même !"

Image

"Ah ah ! Là, tu m'as eu ! Je vais te dire, je commence à y prendre goût. Bizarre, non ? Je ne sais pas trop pourquoi, il doit y avoir des facteurs psychologiques - peut-être les seins à l'air, ou les cris des bêtes, ou l'eau qui éclabousse, ou une combinaison des trois – mais de fait, baguenauder dans un marécage en compagnie d'une donzelle qui adore le rouge et qui ne sait pas comment marche une chemise, pour finir par me faire attaquer par tout un tas de trucs grouillants, c'est devenu ma condition sine qua non pour une soirée réussie."

Image

"C'est parfait, ma chérie, très bien. A présent... attrape cette chauve-souris par le cou et défonce les autres avec ! Non, non, j'ai dit "défoncer", tu défonces pas, là, tu fais ta pleurnicheuse ! Allons, bouge tes hanches mieux que ça, remue tes fesses ! Ce joli corsage rouge ne va pas se dénouer tout seul. Non, Irène, quoi, merde ! Tu remues comme une otarie. Tu ne vas pas me dire - avec un nombril comme le tiens - tu ne vas pas me dire que c'est ta première attaque de bestioles dans les marais, quand même ? Oh et puis zut, tu sais quoi ? ça ne me fait plus le même effet qu'avant. C'était excitant au début, mais... je crois que j'ai besoin de pimenter un peu plus le scénario."

Image

"Oh oui. Oh, la vache, purée, oui ! C'est la trompe, tout est dans la trompe, ça me fait un effet terrible. Quoi ? Lui tirer dessus ? Mais enfin pourqu... ah oui, pour te sauver. Bien sûr. Je vais appuyer sur la détente, oui, oui. Je vais.... oooooh.... oh oui, je vais tirer tout de suite, ooooooh ooooouuuiii c'est boooonnn.... Attends, là-bas, ce sont... des sauvages indigènes ?!? Désolé Susan, ma chérie, je dois voir ce qui va se passer ensuite, je ne peux pas manquer ça..."

Image

(Enfonce des coups de poignard dans la chair de la bête) HAN ! Oh.... HAN ! Oh purée je JOOOOUUUUUIIIIIIIS.... HAN !

Le pinacle de votre séjour

N'oubliez pas : même si le pire arrive, même si votre expédition tourne au désastre et que vous vous trouvez pris entre les griffes d'un terrible prédateur, pas d'inquiétude, car c'est exactement le but recherché. A partir du moment où votre vie se trouve menacée, foin de considérations écologiques pour tafiottes ! Non seulement vous êtes autorisé à exterminer toute forme de vie dans votre environnement immédiat, mais vous êtes légalement tenu de le faire (ordonnance du 9 janvier 1947, relative à la loi dite "Honneur et Vengeance").

Image

Le soleil du désert vous perce de ses mille dards tandis qu'une chaleur d'enfer monte des sables alentours, aspirant sans merci la moindre goutte de liquide hors de votre corps épuisé (un peu comme la femme de Steve, quand il est à l'église le dimanche). Rompu, vous vous effondrez, la transpiration s'écoulant du moindre de vos pores, condamné à la dessiccation. Soudain, une ombre passe - une paire d'ailes de grande envergure. Le grand oiseau charognard se pose non loin de vous. Il approche, hésite... il tient à s'assurer que vous ne constituez plus une menace. Sa tête hideuse s'abaisse vers vous... quand il se relève, son bec crochu a saisi un morceau de votre chair. Mais vous ne bougez toujours pas. Toute peur envolée, l'animal s'élance pour se repaître de votre corps inerte, et alors seulement - mais trop tard - il aperçoit l'éclat froid d'une lame d'acier.

Ses serres tentent de se refermer autour de vos poignets, mais peine perdue... et quand la misérable cervelle de l'oiseau se rend compte de sa fin prochaine, vous éclatez d'un grand rire vengeur. Vous ne faites pas cela pour le gibier, ni pour le sport, ni pour le trophée : votre seule motivation est le plaisir d'enfoncer une lame dure et pointue dans une chair tendre, gémissante de souffrance.

"Comme dans ta femme, Steve !" lancez vous à votre compagnon de chasse.

"Pas de quoi être fier, mon pote !" s'indigne Steve. "Tu sais à quel point j'aime les défis : si le simple fait de troncher ma femme était si dur, c'est ce que je serais en train de faire en ce moment, au lieu de dégommer la tête d'un vautour à coup de marteau."


Image

Pas de légitime défense dans cette scène : les lignes de mouvement, dans le dessin, sont claires à ce sujet. Le personnage central fonce vers ce requin, armé d'un canif de poche. Genre "apprends que la meilleure défense, c'est MOU AAAH AH AH ! TU CROYAIS POUVOIR ME BAISER ? MON COUTEAU A SOIF DE SANG, VIENS LE DÉSALTÉRER, POISCAILLE !"

C'est un fait connu, la mode masculine des années 50 imposait le port du couteau de combat. Mais vous savez ce que c'est : quelquefois, la lame reste coincée dans les os de l'ennemi précédent, vous vous la faites voler par un ouistiti particulièrement vicelard, ou plus simplement, les techniques sophistiquées vous ennuient et vous préférez renouer avec les plaisirs simples du combat au corps-à-corps. Si jamais vous vous trouvez désarmé pour une raison ou une autre, rappelez-vous qu'il est toujours, toujours possible de vous saisir d'un animal et de vous en servir comme d'une arme contre ses amis et sa famille. Il n'y a pas d'heure pour les braves, sauf quand c'est l'heure...

Image

... d'en prendre un pour tuer tous les autres !

Alors seulement, quand le feu de votre colère s'apaise, vos grognements de bête sauvage se mettent de nouveau à ressembler à du langage articulé, et le dernier babouin survivant comprend le concept de morale juste avant que la dernière étincelle de vie ne s'éteigne de ses yeux. Régle importante : toujours respecter la nature. L'achever est le meilleur moyen d'abréger ses souffrances. Le meilleur remède, c'est...

Une balle entre les deux yeux, juste pour être sûr

Image

L'homme authentique, au contraire de la fiotte, est un homme brutal, mais pas forcément cruel. Malgré tout le plaisir qu'on peut tirer du combat à mains nues, à l'arme blanche ou avec le corps démantibulé de vos adversaires, l'homme doit toujours avoir une arme à feu de réserve pour soulager la douleur de l'ennemi vaincu. Mais pas de triche : le tir se doit d'être à bout portant ou rien. Si Dieu avait voulu faire de vous un lâche sniper qui dégomme ses proies à des kilomètres, il n'aurait pas mis en vous tant de rage bouillante et inextinguible. Le fusil, le revolver, le pistolet sont réservés au coup de grâce. En cas de doute, méditez ce dicton :

Image

Quand la proie n'est plus que souffrance et colère, alors il est temps d'abréger sa misère !
Francis
 
Message(s) : 4247
Inscription : 30 Décembre 2007, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par naamhellsroth » 07 Novembre 2012, 19:22

en prendre un pour tuer les autres.... c'est beaux .

ils pensaient vraiment faire croire que ces histoire etait vrai ?
naamhellsroth
 
Message(s) : 246
Inscription : 25 Novembre 2010, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Yoda-Ben² » 07 Novembre 2012, 19:34

Bon sang, c'est tellement bon... Tant de violence, de testostérone et de situations ridiculement viriles, c'est trop pour mon petit corps frêle.

Je crois que j'ai besoin d'une cigarette.
"- Vous parlez tout seul ?
- Oui, c'est le seul moyen d'avoir une conversation intelligente."
Black Adder
GH d- s:+ a- C++ U? P L(+) E? W++ N o? K w++ O? M? V? PS++ PE+ Y PGP- t++ 5 X++ R* tv+ b++++ DI++ D--- G+++ e+++(++++) h r(*) x+**
Yoda-Ben²
Administrateur
 
Message(s) : 2154
Inscription : 01 Janvier 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Mad_Chien » 07 Novembre 2012, 22:23

Je crois que j'ai besoin d'une cigarette.
Tiens, je t'en passe une fillette, je l'ai roulé sur le corps mourant du ouistiti dévoreur de chair que j'ai exterminé en me servant de son crâne pour ratatiner les autres. Solides ces bestioles !
Mad_Chien
Administrateur
 
Message(s) : 9545
Inscription : 21 Décembre 2007, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Yoda-Ben² » 07 Novembre 2012, 22:35

Merci bien. J'espère seulement que le tabac qu'elle contient a été cueilli à la machette pendant une attaque d'indigènes réducteurs de têtes pendant un tremblement de terre, et qu'elle a été agrémentée de poils de mygale enragée, ça donne du goût.

Je préfère les cigarettes pour Hommes.
"- Vous parlez tout seul ?
- Oui, c'est le seul moyen d'avoir une conversation intelligente."
Black Adder
GH d- s:+ a- C++ U? P L(+) E? W++ N o? K w++ O? M? V? PS++ PE+ Y PGP- t++ 5 X++ R* tv+ b++++ DI++ D--- G+++ e+++(++++) h r(*) x+**
Yoda-Ben²
Administrateur
 
Message(s) : 2154
Inscription : 01 Janvier 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par H.T.K. » 07 Novembre 2012, 23:43

Et dire que, au même moment, en France, on devait avoir le Chasseur français...
H.T.K.
 
Message(s) : 8171
Inscription : 29 Décembre 2007, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par Yoda-Ben² » 08 Novembre 2012, 00:01

Et dire que, au même moment, en France, on devait avoir le Chasseur français...
Ca existe toujours. Mon père est abonné depuis la fin des années 70.
"- Vous parlez tout seul ?
- Oui, c'est le seul moyen d'avoir une conversation intelligente."
Black Adder
GH d- s:+ a- C++ U? P L(+) E? W++ N o? K w++ O? M? V? PS++ PE+ Y PGP- t++ 5 X++ R* tv+ b++++ DI++ D--- G+++ e+++(++++) h r(*) x+**
Yoda-Ben²
Administrateur
 
Message(s) : 2154
Inscription : 01 Janvier 2008, 01:00

Re: Stag magazines : des couv' qui ont le BDtrash spirit ! (

Message par H.T.K. » 08 Novembre 2012, 00:11

C'est dans le Chasseur français que ton père a appris à tuer des armées de loutres tueuses à coup de flatulences ? (ben, quoi ? On fait les crossover que l'on peut, hein...)
H.T.K.
 
Message(s) : 8171
Inscription : 29 Décembre 2007, 01:00

Suivant

Retour vers Comics

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron